Menu
Produit

Comment développer un produit cosmétique ?

Il y a maintenant plusieurs mois, je me suis lancée dans le projet de création de soins naturels pour enfants. Mille questions ont alors surgi : quelles sont les attentes des parents, comment protéger la peau des enfants, comment créer une entreprise (tout en protégeant ma famille), comment appeler la marque (promis on reviendra sur la naissance de la marque), comment fabriquer les produits…bref, beaucoup, beaucoup d’interrogations dont je n’ai pas encore toutes les réponses (loin de là, donc n’hésitez pas si vous avez des conseils 😉). Cet article a pour but d’aiguiller les personnes qui souhaiteraient se lancer dans la création de cosmétique pour leur donner les premières pistes de réflexion.

Quelles sont les étapes pour créer un produit cosmétique ?

Le cœur du projet de Moment est de proposer des produits sains, naturels et doux aux enfants de 3-11 ans et de répondre à une attente de parents soucieux de leurs bien-être. Mais alors comment créer une gamme de produits pour la toilette quotidienne de nos loulous et être sûre que ces produits soient adaptés à leur peau sensible ? Pas simple quand on est novice dans le domaine et que la liste des ingrédients, la fameuse liste INCI, ressemble clairement à une autre langue pour toi. Alors, je vous raconte comment j’ai procédé pour formuler (parce que c’est comme ça qu’on dit 😉) des produits sans ingrédients controversés et sans allergènes pour que vos enfants et les miens prennent plaisir à chouchouter leur peau (enfin déjà à se laver cela sera pas mal).

L’étape 1 : la rédaction du cahier des charges

Allez, on va reprendre les bases du marketing produit. Ne faites pas la grimace car je suis de celle qui ne considère pas le marketing comme un « gros mot » 😉. En effet, avant de lancer un nouveau produit notamment sur un marché concurrentiel comme l’hygiène & la beauté, il est nécessaire de rédiger un cahier des charges. Ce document, à l’origine du projet, devra contenir un certain nombre d’informations :

  1. Des informations « marketing » : le marché, la cible, le positionnement, le concept et la date de lancement estimée,
  2. Des informations « produits » : les contraintes de développement, les revendications, la texture, le parfum, la couleur et les actifs.
  3. Des informations « packaging » : quels seront les contenants des produits ? Contenance, matière, type de packaging, couleur. Y aura-t-il un étui ?
  4. Des informations « tarifaires » : quelles quantités de production sont envisagées ? à quel prix ? avec quelle marge ?

C’est un travail conséquent à réaliser en amont et qui suscitera encore beaucoup de questions. Néanmoins, il existe dans le secteur de la cosmétique des laboratoires ou des façonniers, encore appelé fabricants à façon qui proposent de vous accompagner dans la rédaction de votre cahier des charges. Il était important pour moi de valoriser le savoir-faire français et en plus, les laboratoires français sont les plus performants dans le développement de produits cosmétiques.  J’ai donc sélectionné un prestataire en France et même mieux en Bretagne (oui, oui, je suis Bretonne). Pour ma part, je travaille avec un laboratoire à taille humaine afin d’avoir un réel accompagnement. Vous pouvez les contacter ici afin de bénéficier de leur trame de cahier des charges et de leurs compétences pour perfectionner votre idée. 😉

Si vous contactez des laboratoires pour vous épauler dans votre projet, vous aurez le choix entre deux options :

  • Les formules clés en main : vous sélectionnez votre formule dans un catalogue de produits existants. Cette solution, plus rapide, limite les risques et les coûts car les formules sont déjà testées et approuvées. C’est ce qu’on appelle dans le jargon de la gamme blanche.
  • Les formules sur-mesure : vous créez votre propre formule. Elle sera unique et à votre image mais cela implique des coûts et des délais supplémentaires.

Chez Moment, c’est l’option que nous avons choisie afin de proposer aux enfants des produits réellement adaptés à leur peau encore sensible.

Audrey, créatrice de Moment

Etape 2 : la formulation du produit

Grâce aux informations du cahier des charges, le prestataire va pouvoir travailler sur la recherche d’actifs et de galéniques (c’est-à-dire l’aspect final sous lequel vont se présenter vos produits pour faire simple, exemple : en gel, en crème, etc.). Dans mon cas, nous avons travaillé en collaboration directe avec le laboratoire pour discuter, budgéter, et enfin sélectionner les meilleurs actifs pour les produits Moment. Et là, je remercie également mon tendre et cher pour m’avoir accompagnée dans cette étape ! Effectivement, c’est un choix particulièrement difficile car il engage toutes les valeurs défendues par le projet Moment :

  • Garantir des produits à plus de 95% naturels, doux et sains pour les enfants,
  • Offrir un prix accessible pour les familles (notamment nombreuse comme la mienne) alors qu’on n’a clairement pas les moyens des grands groupes 😉,
  • Exclure les ingrédients controversés pour tendre vers la Clean Beauty,
  • Conserver le côté ludique de la mousse, des bulles et l’autonomie des enfants,
  • Adopter un packaging éco-responsable (et là je vous assure ce n’est pas simple),

Après la validation des actifs et des galéniques, le laboratoire travaille sur la formulation. Pour vulgariser cette étape, la formulation correspond à la recette d’un gâteau. Elle consiste à rechercher le savant mélange entre les ingrédients : le sucre, la farine, le beurre, les œufs, etc. pour réaliser un délicieux gâteau ! Sauf que dans notre cas, le laboratoire travaille avec des ingrédients spécifiques à la cosmétique pour aboutir à la texture, la couleur, l’odeur et l’efficacité souhaitées !

Et là, quelle JOIE d’ouvrir sa boîte aux lettres pour recevoir les premiers échantillons (et ben c’est beaucoup mieux que les factures, non ?). Et qui sont les meilleurs testeurs ? Mes enfants 😉 C’était parti pour un test grandeur nature avec les commentaires sans filtre des enfants (vous imaginez très bien). Les parents ont également eu le droit à leur phase de test car il faut l’avouer l’avis des enfants n’est pas toujours très objectif… J’avais moyennement envie de vous proposer un parfum qui sent le bonbon ! Trêve de plaisanterie, cette étape s’appelle la soumission : le laboratoire soumet les premiers échantillons au client afin de recueillir ses impressions et ses commentaires dans le but d’améliorer les produits et répondre au mieux à vos attentes.

Timing de lancement d'un produit cosmétique

Etape 3 : la validation des produits et phase de tests

Après plusieurs essais et allers-retours avec le laboratoire, mais aussi questionnements en pleine nuit… On aboutit à la validation de la formule. La phase dite de « tests » peut alors démarrer. Avant sa mise sur le marché, TOUT produit cosmétique doit obligatoirement suivre une batterie de tests. Ces tests sont OBLIGATOIRES avant la mise sur le marché et prouvent que les formules sont conformes vis-à-vis de la législation en vigueur. Les tests varient selon la nature du produit et son utilisation.

Ensuite, vous devez constituer et mettre à disposition des autorités compétentes, le Dossier d’Information Produit, le fameux DIP. Là encore, si vous n’êtes pas compétent en la matière vous pouvez faire appel au prestataire que vous aurez sélectionné afin de vous conformer à la réglementation. Le DIP est un dossier conservé pendant une période de dix ans à partir de la date à laquelle le dernier lot du produit cosmétique a été mis sur le marché. Il doit contenir les informations suivantes :

  • une description du produit,
  • un rapport sur la sécurité du produit,
  • une description de la méthode de fabrication et une déclaration de conformité aux Bonnes Pratiques de Fabrication
  • les preuves de l’effet revendiqué, lorsque la nature ou l’effet du produit cosmétique le justifient.

Enfin, il est important de savoir que pour commercialiser des produits cosmétiques en France et en Europe, vous devez répondre aux exigences du Règlement Européen (CE) n°1223/2009. L’usine de production doit respecter les Bonnes Pratiques de Fabrication (les dites BPF) énoncées dans la norme ISO 22716 (et oui, votre cuisine ou votre salle de bain ne peuvent pas se transformer en site de production 😉).

Etape 4 : le conditionnement et la production, ultime étape

La production est l’aboutissement du projet de création d’une marque de cosmétique mais avant d’en arriver là vous aurez travaillé, réfléchi, ruminé…sur différents sujets notamment celui du conditionnement ! Et là, je vous parle en connaissance de cause, il reste encore BEAUCOUP à faire au niveau des packagings éco-responsables ! Mais au-delà de la matière des packagings, il faudra vous interroger sur les formats, l’étiquetage et les quantités. Cette ultime étape vous fera passer de la phase de création à la phase d’industrialisation avec le choix (ou pas) de produire en petites, moyennes et grandes séries.

En conclusion, et je pense sincèrement que c’est le cas pour toute création d’entreprise peu importe le secteur : il faut savoir bien s’entourer ! Mon objectif est de créer des produits naturels et doux pour les enfants et pour cela je tiens à remercier Global Beauty Consulting. Moment c’est aussi une aventure HUMAINE 😉

Pas de commentaire

    Laisser un commentaire